La thérapie par ondes de choc extracorporelles (ESWT, Extracorporeal Shock Wave Therapy) est maintenant reconnue depuis un certain temps dans le domaine médical.
Elle est parfaitement intégrée à la gamme de traitements conservateurs des chirurgiens tels que les orthopédistes.
Comparativement aucune autre technique de traitement conservateur n’a fait l’objet d’autant de travaux de recherche fondamentale et d’études scientifiques par le passé, notamment dans le domaine des indications classiques de tendinite calçifiante, d’épicondylite, d’épine calcanéenne et de pseudarthrose.
La thérapie par ondes de choc extracorporelles est une alternative à l’intervention chirurgicale. Il est essentiel d’expliquer aux patients qui souffrent
d’une tendinite calçifiante de l’épaule, d’une épicondylite, d’une épine calcanéenne, d’une tendinite rotulienne et d’autres enthésopathies ce traitement doux, non invasif et ambulatoire qui peut leur permettre d’éviter des interventions chirurgicales complexes, dont l’issue est souvent incertaine.
Par le passé, il a fréquemment été exigé de ne prescrire la thérapie par ondes de choc extracorporelles que lorsque d’autres traitements conservateurs s’avéraient inopérants pendant six mois.
Cette requête est totalement incompréhensible dans la mesure où il n’existe aucune preuve scientifique attestant le succès supérieur des méthodes conservatrices.
La thérapie par ondes de choc extracorporelles (ESWT) du domaine de l’orthopédie n’a rien en commun avec la lithotritie du domaine de l’urologie,
à savoir la désintégration de calculs rénaux (ESWL). L’ESWT stimule la régénération de tissus dégénérés.
Pour renforcer l’établissement de la thérapie par ondes de choc extracorporelles, il est nécessaire d’acquérir des connaissances sur les processus cellulaires et biomoléculaires.
La densité de flux énergétique et la profondeur de pénétration, la fréquence d’impulsion, la périodicité et les intervalles entre les séances de traitement sont des facteurs déterminants pour le succès de la thérapie.

La réaction biologique et la guérison ne peuvent pas être immédiates – les améliorations se manifestent à moyen et à long terme.
Le patient doit impérativement en être informé. Les médecins doivent également faire preuve de patience : des traitements trop fréquents à des
intervalles trop courts compromettent la qualité des résultats.
Par comparaison à d’autres méthodes de thérapie conservatrice de la douleur, telles que l’anesthésie locale, les blocages régionaux, l’acupuncture et bien d’autres encore que les assurances privées prennent en charge bien qu’il n’existe à ce jour aucune évidence scientifique, la thérapie par ondes de choc extracorporelles est un traitement à la fois doux, efficace et efficient.
Ainsi, la thérapie par ondes de choc extracorporelles peut permettre de réduire les frais en remplaçant les médicaments coûteux.
L’efficience de la thérapie par ondes de choc extracorporelles s’exprime également dans l’économie des frais d’interventions chirurgicales et de narcose.